Les enfants guerriers

A St-Yorre, des élèves de 4ème du collège Victor Hugo ont conçu une application numérique pour défendre la liberté d’expression. Cette appli permet de visiter de façon ludique et pédagogique l’exposition itinérante Dessins pour la paix de l’association Cartooning for Peace.

Vidéo du projet : http://1applipourlapaix.canalblog.com/

Page facebook : https://www.facebook.com/1applipourlapaix/

Voici deux textes en lien avec l’exposition qui recouvre plusieurs thèmes dont celle des enfants guerriers.

Start

Le bruit assourdissant de la bombe a fait tomber la silhouette adolescente. Abasourdi, le jeune homme se relève les mains rouges et parsemées d’éclats de verre. Alec examine les dégâts. La fenêtre de la maison dans laquelle il s’est réfugié vient d’exploser. Il s’approche de l’ouverture et repère une colonne de tanks. En un instant, il rassemble ses forces et, sous les balles qui retentissent, se dirige vers l’autre maison, afin de tenter de leur échapper.

De justesse, il entre dans le bâtiment. Dans la première pièce de la maison, il trouve un corps inerte avec un sac sûrement rempli d’équipement et d’armes. Alec regarde autour du corps pour repérer s’il n’y a pas de piège. Il commence a avancer et s’interrompt brusquement : un objet métallique clignote près de son pied. Encore un geste et c’était la catastrophe. Alec attrape le sac et part à toute vitesse. Il s’aplatit sous une fenêtre pour éviter de se faire repérer. Avec précaution, il relève la tête et observe autour de lui, guettant l’apparition d’ennemis.

Il s’apprête à traverser la rue, attend le moment idéal et se lance… mais il est transpercé par la balle d’un sniper. Dans un cri de rage, Alec jette la manette, exaspéré d’avoir perdu la partie. Game over !!!

Melissa , Tessa  et Mélanie 

Guerrier à 13 ans !

J’étais impatient. J’attrapai sur le porte-manteau de ma chambre mon gilet pare-balles,je l’enfilai et l’ajustai à ma taille fine d’un enfant de 13 ans. Ensuite, je sortis et me précipitai pour rejoindre mes camarades de combat dans la rue en bas de mon immeuble :

« Alors les gars, on commence ?

– C’est l’heure !

– C’est bon, on est prêts, on peut y aller ! » s’exclament les trois autres garçons surexcités.

Nous nous faufilions vers une cachette idéale : derrière des poubelles. De là, nous pouvions guetter nos ennemis et les viser. Je n’avais pas peur d’observer des scènes tragiques.

« Valentin ! s’écria l’un de mes camardes.

– Que se passe t-il ?

– Attrape ce fusil d’assaut !

Surpris, je fis tomber l’arme de guerre.

– Toujours aussi maladroit ! dit Jordan en se moquant de moi.

– Chacun ses défauts, répliqua Arthur.

– ça va, dis-je, venant de ta part, je prends ça pour un compliment ! »

L’ambiance était étrangement décontractée étant donné le contexte tragique. Nous avions malheureusement l’habitude de vivre dans un pays en guerre et nous restions des enfants.

Je décidai de traverser la rue pour me rapprocher des ennemis. Mes camarades me couvraient. Soudain, je tombai de tout mon long sur la route et ma tête heurta violemment le sol… Je m’étais entravé dans mon lacet ! J’entendis les pas de mes ennemis qui s’approchaient… Mes camarades étaient trop loin, ils ne pouvaient plus m’aider. J’étais pétrifié ! Je pensais que c’était la fin ! Une silhouette sombre pointa son arme sur moi. Le stress m’envahit, une goutte de sueur ruissela sur mon front.

Tout à coup j’entendis, un bruit sourd et désagréable.

«Grrrrhhh ! Grrrrhhh… »

Le bruit était de plus en plus intense. Surpris, je me réveillai… J’ouvris la porte de ma chambre :

«Ah! Kyubi ! C’était toi ce bruit, sacré chat que tu es !

– miaouuuuu, miaouuuuu ! »

Les grattements de mon chat sur la porte m’avaient réveillé. Je m’étais encore endormi en jouant à mon jeu vidéo favori…

Jade , Romane et Lana 

0 0 vote
Évaluation de l'article